Un peu d'histoire

 

Dans la Grèce antique, les héros ont de beaux visages et des boucles d’or flottant sur leurs épaules. Dans l’Iliade, ils sont toujours décrits avec une abondante chevelure et d'ailleurs, dans toute l’histoire de la Grèce, les héros, les déesses et les épouses arborent de belles chevelures.

 

On sait également que les prêtresses du culte de Déméter portaient des cheveux longs et non attachés. Elles devaient les agiter vigoureusement en dansant lors des cérémonies sacrées. Si l’une d’elles quittait le service divin, elle devait faire l'offrande de ses cheveux avant son départ.

 

Pour les romains, le siège de la vie se trouve dans les cheveux. Les empereurs romains aimaient à être coiffés à la manière des dieux.

 

Cette attention portée à la toilette des cheveux est à l'origine du développement des coiffeurs romains (tonsors)

 

Le Moyen-Age voit apparaître les notions d’hygiène qui recommandent aux femmes la propreté .

 

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les hommes portent les cheveux longs tout comme au Moyen-Age, mais sous les règnes de Louis XIV et Louis XV, la mode nouvelle de la perruque s’installe.

 

La Révolution Française tente avec quelque difficulté de changer les mœurs capillaires, notamment en matière de perruque poudrée. La Restauration voit la confirmation du cheveu court et des favoris pour les hommes ; chez les femmes, le cheveu s’allonge et se coiffe en chignon.

 

Symbolique des cheveux

 

Le cheveu exprime une double symbolique profonde. Il est à la fois la racine qui porte nos mémoires, et l’antenne qui nous relie au ciel. Il est le « fil de notre âme ».

 

Le lavage du cheveu purifie l’âme alors que le coiffage la forme, la module, la canalise. La coupe, quant à elle, structure cette âme et la limite.

 

Symbole de l’être, de son essence et de son âme, le cheveu est une projection de l’inconscient individuel et aussi de l’inconscient collectif. Les cheveux masculins sont profondément différents des cheveux féminins : en effet, énergétiquement, la femme est de nature Yin tandis que l’homme est de nature Yang.

 

La symbolique du coiffage et de la coupe

 

En peignant ses cheveux, on les ordonne, on les canalise, on les dénoue. Plus la coiffure est tenue, serrée, figée ou fixée, plus elle tient, serre, fige ou fixe les idées, les pensées et l’âme. Moins la chevelure est tenue, plus elle est ébouriffée, désordonnée, et plus les idées, les pensées ou l’âme sont ébouriffées, désordonnées, sans tenue ni rigueur.

 

Le rôle de la coupe est encore plus puissant et  manifeste que celui du coiffage. Elle représente la coupure des racines de l’être, de ses mémoires, de ses habitudes, de ses croyances, de ses idées ou de ses pensées, la taille de la personnalité. Plus la coupe est sévère, plus elle prend un sens de soumission, d’abandon ou de punition. La longueur des cheveux, principalement masculins, a donc une symbolique de liberté, d’indépendance. Les cheveux en broussaille, ébouriffés sont un signe de révolte, car ils projettent aux yeux de l’extérieur le refus des règles et des contraintes.

 

Le cheveu « fil de l’âme »

 

Sur le plan énergétique  le cheveu est associé à l’énergie de l’Eau. Il est le fil qui contient les mémoires profondes de celui qui le porte. Partant de ses racines, il monte vers le ciel comme une colonne vertébrale subtile. Cette colonne ne pousse pas sur n’importe quelle partie de notre corps puisqu’il s’agit de la tête.

 

Véritable colonne de kératine, le cheveu est articulé comme elle et il est parcouru d’une moelle intérieure, la racine étant le sacrum du cheveu. Lorsque l’on fait vibrer le cheveu par la coupe au rasoir, cette vibration descend jusqu’à la racine. Cette manière de le couper met tout notre être en résonance et fait qu’une vibration équivalente peut descendre le long de notre colonne vertébrale, jusqu’au sacrum procurant parfois à certaines clientes des sensations assez étonnantes.

 

Vos cheveux disent tout de vous

 

Les médecines orientales ne dissocient pas le corps et l’esprit, ni l’homme de son environnement. Selon la médecine traditionnelle chinoise, le cheveu dépend de l’énergie du rein, premier des émonctoires (organe qui sert à éliminer).  Et ce dernier a besoin du poumon pour bien accomplir son rôle. Pour avoir de beaux cheveux, il faut avoir une bonne hygiène de vie sur le plan alimentaire et respiratoire.

 

On ne change pas de coiffure sans raison. Une nouvelle coupe signale toujours un changement d’état d’âme. Le cheveu parle, il suffit de l’écouter.